Savoir voyager seul : les clés de la tessiture

Savoir être seul est l’une des choses les plus importantes que le voyage m’ait enseigné. Mais qu’est ce que la solitude ? Est-ce seulement être privé de compagnie ou est-ce quelque chose de bien plus profond ?

Avant mon départ, je ne m’imaginais pas une minute voyager seul. J’avais d’ailleurs prévu de partir avec trois autres personnes. Le destin a fait qu’une fois en Chine, nous nous sommes tous séparés et chacun d’entre nous s’est retrouvé seul à l’autre bout de la planète.

Comprendre la solitude

Nous sommes tous très occupés, nous avons toujours plein de choses à faire. Dès qu’un moment de libre se présente à nous, nous devons le remplir avec quelque chose. C’est pour cela que nous voyons des gens, nous regardons la télé, nous allons dans les bars, nous accumulons des objets… Nous avons besoin que des choses extérieures divertissent constamment notre esprit.

Faites l’expérience. Restez seul, en silence, ne faites rien. Que ce passe t’il ? Vous commencez à penser, à ressentir un ennui, votre mental se met à trouver toutes sortes d’excuses pour faire quelque chose, des choses très importantes… Il vous dit : « Tu n’as pas le temps de faire ça », « Tu feras ça plus tard », « Tu dois plutôt faire ceci… cela… ».
Ne rien faire nous effraie, le silence nous fait peur. Nous avons en fait peur de nous retrouver face à nous-même et c’est pourquoi nous fuyons dans des divertissements et autres plaisirs.

Lorsque je me suis retrouvé seul en Chine, hors de mon cadre habituel, j’étais dans une période de doute. Il était plus difficile de fuir, pas d’impératif, difficulté pour communiquer avec les gens… J’ai donc été confronté à la solitude. Mon mental m’a trouvé plein d’excuses pour fuir. J’ai par exemple eu le besoin d’acheter une calligraphie chinoise, j’ai donc fait 20 boutiques parce qu’il me fallait un certain type calligraphie… (Jolie fuite)
J’ai côtoyé ce vide intérieur avec beaucoup de difficultés, puis petit à petit je l’ai accepté, et quelque chose a basculé. Je me suis mis à apprécier de plus en plus cet état de solitude…

La puissance de la solitude

En étant intérieurement seul, nous ne sommes plus dans l’attente de quelque chose, nous ne cherchons plus à être divertis, admirés, acceptés ou complimentés… Nos rencontres deviennent donc plus authentiques et dégagées de toutes formes de manipulations.

Lorsque nous brisons les liens de dépendance qui nous asservissent, nous devenons libres. Nous retrouvons notre pouvoir sur nous-même, nous sommes les acteurs de notre propre existence. Plus besoin de suivre ou d’être suivis, nous sommes indépendants.

N’attendons pas que quelqu’un ou quelque chose nous rende heureux. Dans ce cas, notre bonheur dépendra de cette personne ou de cette chose, nous serons donc dépendants, manipulables, faux… Apprenons à être heureux seul et nous serons heureux avec n’importe qui.

L’objectif n’est pas de vivre seul dans une grotte mais de comprendre que la seule et unique source du bonheur est en nous et non pas dans le monde extérieur.

Le secret de la solitude

La clé de la solitude est de s’accepter et de s’aimer tel que l’on est. Lorsque l’on s’aime soi-même et que l’on connait notre véritable valeur on n’a plus besoin de rien, nous sommes auto-suffisants.
C’est le fait de ressentir un manque qui nous pousse à le compléter avec quelque chose d’extérieur à nous-mêmes.

Notre société consumériste fonctionne sur ce principe. Créer un besoin chez l’individu pour le transformer en consommateur. Plus la frustration est grande, plus l’individu consomme… Pourquoi consommez-vous si ce n’est pour combler un manque ?

Ce manque est une illusion, une création du mental. C’est seulement en ayant le courage de faire face à la solitude que l’on peut la comprendre et la dépasser.
Je pense que c’est le plus grand défi de l’expérience humaine. C’est pour cela qu’une fois apprivoisée, la solitude est la plus belle chose que l’on puisse vivre.